Danaé Brissonnet

Mis à jour : 18 juin 2018


Buissonnet avec deux "s" et deux "n" !


La seule fois où j’ai rencontré Danaé était lors du festival Orbis Pictus n°9. J’avais été alors catapulté « éclairagiste officiel » de son spectacle Mamacita Mamar.


Salle bondée, théâtre intimiste de quinze personnes. D'elle, je ne voyais que le reflet de ses hautes pommettes.


Bien des mystères autour de cette artiste... On dit qu'elle ne possède que ses sacs à dos, qu'elle n'a d'adresse que celle de son courriel. On l'aurait croisée à peindre des chimères sur les murs à Reims, à Valence en Espagne, à Bacalar au Mexique, à Burgaw en Caroline du Nord, à Kaohsiung à Taïwan, à Guacarie en Colombie, à Bruxelles en Belgique, à Key West en Floride. Je sais aussi, et là elle me l’a dit, que l’Afrique lui manquait cruellement.


Sa « puppet » Mamacita serait sa première marionnette… J’en doute. Le mordant, la passion et la rage transpirant de ce personnage de chiffons blancs ne peuvent gicler aussi naturellement que d’une professionnelle aguerrie.

Pour en savoir plus :

Danae Brissonnet joue Mamacita Mamar au festival Orbis Pictus 2018

La fiche du spectacle Mamacita Mamar

La biographie de Danae Brissonnet


Crédit photographique : Fabrice Laudrin (fabrice.laudrin@journalist-wpa.com)

info@cabinetaquila.com       Tél : +33 6 95 32 27 97 SIRET : 382 797 918 00028

© 2018-19 par Cabinet AQUILA